portfolio website templates

NUITS AU LOUVRE

Vernissage mercredi 12 septembre 2018 à partir de 18h30
Exposition du 13 septembre au 13 octobre 2018

L'EXPOSITION

Nus sublimes surgis de l'obscurité, odalisques se dévoilant dans les reflets tremblants, Daniel Pype nous convie à une visite onirique du Louvre.

En 1987, il passa plusieurs nuits dans le musée du Louvre, parmi les statues antiques et les toiles de la renaissance. Ses photographies en noir-et-blanc restituent ces moments étranges et uniques arrachés à la nuit. On doit à l'argentique les noirs profonds et les subtils nuances de gris qui redonnent vie à des créatures de pierre.

En 2017, il obtint à nouveau l'autorisation de visiter le Louvre de nuit. Cette fois il travaillait en numérique. Il ne fut pas simple de retrouver les nuances de l'argentique mais le résultat parle de lui-même.

L'exposition présente donc pour la première fois l'ensemble de ce travail réalisé en deux fois, à trente ans d'intervalle.

BIOGRAPHIE

Passionné par l'art, Daniel Pype a notemment collaboré au magazine Connaissance des Arts, ainsi qu'à la revue l'Art Vivant éditée par la Galerie Maeght. Par la suite, il passa deux années au Centre Pompidou avant de rejoindre une agence de publicité parisienne. Il a également photographié différents événements, comme le centenaire de naissance de Marcuel Duchamp en 1987 et a travaillé à la réalisation de plusieurs reportages, à l'image de Celui qui vient, un livre qui regroupe plus de cent photographies d'André Malraux. Daniel Pype a également réalisé de nombreux portraits d'artistes, d'écrivains ou de musiciens, de 1965 à nos jours. Il vit et travaille en France.

 

Autoportrait, 1987

L'ALBUM DE BELPHEGOR

Daniel Pype a-t-il rencontré Belphégor ?
À cette question, pour y répondre, il se fait évasif. Pourtant, si on le pousse dans ses retranchements, apparaissent des indices. Il avoue que, dans les salles de l'Égypte, soudain… des ondes glaciales les traversèrent et que naquit en lui une certaine frayeur lorsqu'il photographia deux momies… Qui appuya sur le déclencheur ? Son doigt, comme d'habitude ? Ou son doigt mu par une force inconnue ?
Pour circuler dans les couloirs et éviter d'autres peurs nocturnes, Daniel Pype s'est muni d'une torche de gardien. Il en photographia la trace pour prouver sa présence, mais le maîtrisa-t-il toujours ce rayon lumineux ? Au tour de La Vénus de Milo, n'est-ce pas Belphégor qui lui fait tracer un cercle de lumière ? Et si oui, pour quel rituel ?
Et dans la nuit, La Joconde, à qui sourit-elle ? Depuis qu'elle est au Louvre à Belphégor. Et, cette nuit-là, aux deux réunis : au photographe seul et au photographe de son album.

Jacques Caumont

LE LOUVRE : NUIT SUR NUIT, AVEC DANIEL PYPE

L’écrivain Thomas Bernhard, à travers son incorrigible personnage nommé Reger, raconte la rencontre entre les œuvres d’art et le public: « les guides expliquent toujours principalement ce qu’on peut naturellement voir tout à fait clairement et qui n’a donc nul besoin d’être expliqué,

mais ils expliquent et expliquent et montrent et montrent et parlent et parlent. »… Qu’est ce qu’une œuvre d’art ? Se demande-il dans son livre, Les Maîtres Anciens. Face aux énigmes posées par les œuvres d’art des maîtres anciens, Daniel Pype propose son expérience singulière.

Quand la nuit efface les contours de la ville, il s’enferme seul dans le musée du Louvre et il attend.
À travers les fenêtres du célèbre sanctuaire, la lune répand peu à peu sa lueur céleste tandis que du quai de la Seine, les lumières terrestres la rejoigne. Sous le regard fasciné du photographe, cette rencontre extravagante opère sur la surface des œuvres d’ étranges métamorphoses :
« Les trois grâces » dévoilent leurs dons érotiques, l’esclave de Michel-Ange semble implorer du ciel le pardon, tandis que dans les alentours, Diane avec son arc dévastateur, fait mine de roder.
Ailleurs, dans un jardin surréaliste, la Milo ceinte par des lanières d’ombres signale sournoisement son inexplicable présence, un roi Assyrien planifie des conquêtes sanglantes et des pharaons effrayants jugent l’éternité. 

Dans les clichés de Daniel Pype, il n’est plus question de voir des reproductions photographiques d’œuvres d’art mais des révélations de la nuit vers la lumière. Qu’est ce qu’une œuvre d’art ? Des forces, des formes et la lumière se répondant ? Dans le clair-obscur des images, le silence cerne les corps et les visages des personnages détachés des œuvres d’art des maîtres anciens, c’est beau, très beau, effrayant parfois, comme le sublime.

                                                                  Ileana Cornea (critique d’art) Paris 11.07. 2018


"Les objets dans la nuit irradient doucement les ténèbres;
nous avons une immense miniature sonore, celle de tout ce cosmos qui parle bas.
Tout est dans l'ordre du sensible. Tout est indice. Plus l'indice est faible, plus il a de sens."


La poétique de l'espace, Gaston Bachelard, 1957

Buste carpeaux
 
Buste
 
Ronde de nuit
 
Statue egyptienne
 
Sarcophages egyptiens
 
Esclave

 

Venus

 

Baigneuse
 

Informations pratiques

Daniel Pype

Photographe

Contact
06 09 81 33 48
danielpype@free.fr

Lieu

Photo 12 Galerie

14 rue des Jardins Saint-Paul,  
75004 Paris

www.galerie-photo12.com

Dates et horaires

Vernissage
Mercredi 12 septembre 2018 à partir de 18h30 en présence du photographe.

Exposition
Du 13 septembre au 13 octobre 2018.
Ouvert du mardi au vendredi, de 14h à19h.
Le samedi de 12h à 19h, et sur rendez-vous.

© Copyright 2018 Daniel Pype - Tous droits réservés